Un lieu protégé et préservé qui mérite le détour.

Le plus vaste espace naturel protégé du littoral du Calvados

Trait d’union entre la Côte de Nacre et la Côte fleurie près de Caen, c’est le plus vaste espace naturel protégé du littoral du Calvados.
Soumis aux marées, témoin d’une histoire mouvementée, le site fait face à l’Angleterre et s’étend sur cinq communes du Calvados.
Très prisée des marcheurs, des cyclistes et des amateurs de sports nautiques, la baie de l’Orne mêle des paysages en perpétuelle transformation, d’une grande richesse botanique et faunistique : cordons sableux, vasières, prés-salés, prairies humides, roselières, dunes… Un site de prédilection pour les oiseaux migrateurs et… les amoureux de la nature.

Après 170 km de pérégrinations, le plus long fleuve 100% normand se jette dans la Manche

L’estuaire est un peu le jardin dominical des habitants de l’agglomération caennaise, un jardin sous haute surveillance : environ 1000 ha d’espace protégé dont 325 ha de terres acquises par le Conservatoire du littoral et gérées par le département. Entre fleuve et mer, découvrez vous aussi ce tableau vivant où terre et eau se mêlent en une mosaïque de décors imbriqués : le contact entre ces milieux multiples favorise la biodiversité.

Les dunes
forment le plus important ensemble préservé du Calvados

 

Partie intégrante du site naturel de l’estuaire, elles sont classées en « zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique » (ZNIEFF). Les dunes sont des espaces très fragiles. Soumises à l’action combinée de la mer et du vent, elles se font et se défont au gré de ces éléments, sensibles à la houle ou déstructurées par les grandes marées.

Les vestiges des anciens blockhaus

Car l’intérêt pour les dunes est récent. Jadis, elles constituaient une sorte de no man’s land, un espace de « garennes » où une partie de la population venait chercher de quoi survivre. Puis elles ont commencé à attirer des acheteurs privés, les uns cherchant à y planter des résineux, les autres à les araser.  Elles sont aujourd’hui les témoins de l’Histoire. Colonisées par les premiers lotissements balnéaires, elles ont aussi été le théâtre de conflits majeurs entre les hommes : guerres répétées entre la France et l’Angleterre jadis, construction du mur de l’Atlantique et bataille de Normandie lors de la Seconde guerre mondiale. Les vestiges des anciens blockhaus perpétuent la mémoire de ces événements. Ils  permettent aussi de visualiser l’évolution du rivage côtier.

La Redoute de Merville

Depuis 1984, une autre fortification plus ancienne mobilise les efforts d’une association de passionnés et des pouvoirs publics : la Redoute de Merville, inscrite aux Monuments historiques. Cette petite forteresse en forme de fer à cheval appartenait à un ensemble de trois ouvrages porteurs d’artillerie, édifiés en 1779-1780 autour de l’estuaire pour renforcer les défenses contre l’Angleterre. La Redoute était alors cernée par la mer à marée haute. Tour à tour occupée et abandonnée, insérée dans le dispositif du Mur de l’Atlantique puis délaissée et ensevelie sous le sable, elle fait l’objet d’un ambitieux programme de restauration. Venez juger sur pièces lors des journées portes ouvertes organisées l’été ou à l’occasion de visites guidées.

Merci aux photographes de l’Office de Tourisme

Share This